Le régime angolais en alerte: « L’Occident en a assez de nous »

    0
    400
    Des cas de corruption, de diabolisation du chef de l’opposition et de désunion au sein du parti au pouvoir affaiblissent les attentes de démocratisation que certains placent au président João Lourenço

    «Le MPLA est-il prêt à avoir Adalberto da Costa Júnior comme président de l’Angola?» La question, lancée à bout portant par l’ambassadeur d’un pays de l’Union européenne (UE) lors d’une récente audition, a interpellé Paulo Pombolo, secrétaire général du Mouvement populaire pour la libération de l’Angola, qui gouverne le pays depuis l’indépendance, par surprise. Il a également laissé ses dirigeants en alerte.

    Le message signale sans ambages le sentiment de saturation qui semble s’être emparé de l’Occident face à un long cycle de gouvernance qui continue de tenir l’Angola en otage de la corruption, comme en témoigne le scandale des détournements de fonds de plus de dix millions de dollars (8 , 2 millions d’euros), dirigée par les hauts gradés de l’un des centres nerveux de son propre pouvoir: la Maison militaire du Président.

    «L’Occident en a assez de nous»  , a avoué un haut dirigeant du MPLA à Expresso. Ce sentiment et le manque d’investissement, même après que Lourenço ait fait une ouverture sans précédent, semblent apparaître associés à la mauvaise gouvernance, à la lourde bureaucratie d’institutions très fragiles et aux pratiques répétées de corruption, qui tendent à aliéner les investisseurs.

    Luanda a fait un clin d’œil à Madrid pour un nouveau soutien à la veille des élections et le Premier ministre espagnol était récemment à Luanda, mais Pedro Sánchez a préféré consulter Lisbonne avant de prendre une décision. «La gouvernance angolaise est très usée et, avec le Portugal comme porte d’entrée vers l’Europe et aussi bien informé que quiconque dans sa réalité, les Espagnols préfèrent jouer la sécurité»,  explique une source européenne.

    Le voisin sud-africain

    Quiconque est prêt à profiter de cette usure est l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA). Profitant de la popularité interne croissante de son chef, Costa Júnior, et de la distance entre Luanda et Pretoria, le plus grand parti en place semble être prêt à articuler une alliance solide avec l’Afrique du Sud en cas de victoire électorale.

    «Ne mourant pas d’amour pour les Sud-Africains, en raison de leur approche de Savimbi dans le passé, ceux à l’avenir peuvent aller de l’avant avec un ensemble de soutien financier et commercial pour aider un nouveau gouvernement qui leur ouvre les portes du marché angolais comme jamais avant. » , A déclaré une source sud-africaine à Expresso.

    Écart par rapport à des millions

    Un autre scandale croissant en Occident concernant la gouvernance angolaise est un autre scandale de détournement de fonds qui, ayant des ramifications au Portugal et en Namibie, atteint à nouveau la présidence de la République et implique la participation de hauts fonctionnaires d’une banque commerciale. Le chaos, plus ou moins prévisible, porte un coup à l’estomac de la faible crédibilité du régime et remet en question le leadership politique et moral de Lourenço dans la lutte contre la corruption.

    «L’ancien président [José Eduardo dos Santos] a mis 30 ans pour commencer à faire de lui une« chaussure de chat », mais ce président, en moins de quatre ans, est déjà capturé par certains de ses principaux collaborateurs dans des actions qui peuvent ruiner son élection électorale. », A déclaré à Expresso un membre éminent de la magistrature parlementaire du MPLA  .

    Le dispositif – assemblé à l’aide du fameux «sac bleu» de la présidence, qui a permis à certains de ses hauts fonctionnaires de lever des sommes importantes en monnaie nationale et en devises auprès du coffre-fort de la Banque nationale d’Angola (BNA, banque centrale du pays) – remonte à l’époque de la gouvernance d’Eduardo dos Santos et prend plus de 20 ans.

    Lourenço a disculpé toute l’équipe de généraux et de majors de la Maison de la sécurité présidentielle et a ordonné que des poursuites pénales soient engagées contre les suspects de délits de détournement de fonds, de rétention d’argent et d’association de malfaiteurs, mais une source des services d’enquête criminelle a déclaré à  Expresso qu’il  y avait  « des preuves solides que le haut dirigeant de l’institution était au courant du projet et l’aura poursuivi » . Le juriste Filipe Ambrósio estime donc que  «le général Pedro Sebastião, en tant qu’officier politique de la région, n’a plus les conditions pour conserver ses fonctions et, s’il ne présente pas sa démission, il devrait être immédiatement démis de ses fonctions par le président » .

    Si la corruption prive Lourenço de sommeil, la mort de milliers de personnes, victimes de l’épidémie de paludisme et de maladies diarrhéiques, aggravée par la spirale endémique du chômage et de l’appauvrissement de la population, suscite le désespoir chez ceux qui ont mis l’espoir sur sa gouvernance. Après quatre ans et dans le sens inverse, les Angolais se multiplient et leurs attentes d’un changement de paradigme gouvernemental s’évanouissent.

    Démocratie avec opposition silencieuse?

    A cette rupture, la stratégie de diabolisation du chef de l’UNITA, basée sur le recrutement mercantiliste de «bouches de louage» attribuées aux cercles radicaux du MPLA, commence à créer un climat d’inconfort au sein de la classe moyenne et des moyens intellectuels de ce parti. «Le discernement politique et stratégique fait défaut et, lorsqu’un parti de la taille du MPLA utilise des lumpenocrates pour attaquer un adversaire, c’est la fin de la chaîne» , souligne le professeur d’université Filomeno Dias.

    Par conséquent, les cercles plus aérés du MPLA sont en désaccord, par conséquent, avec des bottes basses pour défier l’image d’Adalberto da Costa Júnior. La manière dont la figure d’Eduardo dos Santos a été associée à un prétendu parrainage du chef du plus grand parti d’opposition mérite la répulsion de l’UNITA elle-même.

    Le médecin Maurílio Luiele, député de ce parti, accuse Lourenço d’être complice de «faute morale grave» de l’ancien président, qui  «dépasse toutes les limites de l’éthique» . Pour le consultant politique Walter Ferreira,  «le MPLA, s’il veut protéger sa représentativité pour assurer sa réélection, doit s’arrêter dans une station-service et rechaper les pneus pour adapter sa dynamique aux défis à venir» .

    Lorsqu’il passe le ballon à la Cour constitutionnelle pour évaluer la légitimité de la candidature de Costa Júnior, le MPLA passe la corde autour du cou du juge Manuel Aragão, ce qui a rendu transparent et légal le processus menant à l’élection de ce politicien à la tête de l’UNITA. Le journaliste Reginaldo Silva n’a pas pu dire ce qui n’a pas été dit:  «Le juge Aragão est maintenant la tour du conseil d’administration de Lourenço» .

    La campagne que certains cercles du MPLA mènent contre Costa Júnior fonctionne comme un stimulant pour renforcer la cohésion et l’unité interne de l’UNITA tout en accentuant le divorce avec les personnalités de la société civile et en capitalisant les sympathies des cercles politiques mécontents de la gouvernance du MPLA.

    0 0 votes
    Article Rating
    S’abonner
    Notification pour
    guest
    0 Comentários
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires