Angola: Abel Chivukuvuku annonce de nouvelles manifestations pour la légalisation de son projet politique

0
1424
Le politicien angolais prépare de nouvelles manifestations en janvier pour la légalisation de PRA-JA Servir Angola. «Après Malanje, j’irai à Benguela, Cabinda, Lunda Sul et au Zaïre», a-t-il déclaré à ceux qui ont participé à la manifestation à Luanda ce samedi.
Le politicien angolais Abel Chivukuvuku a annoncé ce samedi qu’il continuerait à se battre pour légaliser PRA-JA Servir Angola, son projet politique, dont le processus de légalisation a été rendu irréalisable par la Cour constitutionnelle, ce qui a déclenché des manifestations.
 
La déclaration a été faite à l’issue d’une manifestation organisée à Luanda, qui a rassemblé près de 600 personnes, qui ont parcouru environ huit kilomètres, du cimetière de Santa Ana, à Maianga, dans le centre de la ville, avec des affiches disant: «Légalisation c’est PRA-JA »; «Nous sommes 32 061 abonnés et nos droits sont violés»; «Nous exigeons la légalisation de PRA-JA»; «La Cour appartient au peuple, pas à João Lourenço».
 
Il s’agit de la décision de la Cour constitutionnelle, qui a rejeté définitivement la légalisation de PRA-JA Servir Angola, après des avances successives, depuis 2019, date à laquelle le processus a été engagé.
 
Selon Abel Chivukuvuku, coordinateur du Comité d’installation PRA-JA Servir Angola, ils continueront à plaider devant les tribunaux, car ils refusent d’accepter que le projet politique ne soit pas légalisé.
 
«PRA-JÁ existe et continuera d’exister et sera en concurrence avec d’autres opposants en 2022 [année électorale]. La semaine prochaine, notre cabinet d’avocats apportera une nouvelle documentation à la Cour, basée sur la loi 2/15 (loi établissant les principes généraux et les règles d’organisation et de fonctionnement des tribunaux de juridiction commune), afin de faire échouer la Cour constitutionnelle. », A déclaré Abel Chivukuvuku aux manifestants.
 
S’adressant à Lusa, l’avocat William Tonet a déclaré qu’en raison de la contestation lancée par Chivukuvuku, la possibilité et la faisabilité de faire appel seront désormais analysées, afin de demander des éclaircissements sur les zones grises existant dans la décision du tribunal.
 
« C’était la première marche, car nous allons continuer, nous laisserons les parties passer avec sérénité, mais en janvier nous reprendrons le programme sept / sept », at-il dit. Le sept / sept est le programme de visites hebdomadaires de vérification dans les municipalités de la province de Luanda, mis en œuvre lorsque Chivukuvuku était le chef de la large convergence du salut de l’Angola – Coalition électorale (CASA-CE), deuxième force politique d’Angola.
 
Abel Chivukuvuku a indiqué que l’adhésion des manifestants est la preuve que les signatures rejetées et « cachées » à la Cour constitutionnelle « seront dans la rue tous les jours ». « Nous allons le faire avec précaution en raison de la pandémie, mais nous démontrerons que les signatures sont dans les quartiers et sont avec nous », a-t-il dit, remerciant le soutien de ceux qui sont venus des provinces pour participer à la manifestation, des jeunes militants et de certaines forces politiques, à savoir le Bloc démocratique.
 
Le politicien a promis de nouvelles marches en janvier dans les provinces, l’une d’elles dans la province de Malanje devant être dirigée par lui.
 
«Après Malanje, j’irai à Benguela, Cabinda, Lunda Sul et au Zaïre. C’est pour montrer au tribunal que les signatures sont dans la rue, elles sont avec nous. En même temps que nous allons reprendre 7/7 et marcher avec le peuple, nous allons aussi nous préparer pour 2022 », a-t-il souligné.
 
Le coordinateur du Comité d’installation, qui a réaffirmé sa participation à la vie politique du pays, a déclaré qu’en 2022, lors des prochaines élections législatives, «le peuple doit échouer et mater le MPLA [Mouvement populaire de libération de l’Angola, parti au pouvoir depuis 1975 ] ».
 
« Nous avons prouvé qu’après tout, les gens, lorsqu’ils protestent contre les entités du pays, le font de manière ordonnée et pacifique, personne n’a touché personne, personne n’a vandalisé quoi que ce soit et nous voilà tous ensemble », a déclaré Chivukuvuku, louant le comportement extensif des manifestants. le rôle de la police, qui a garanti la sécurité tout au long de la marche.
 
« Je veux aussi remercier les policiers, ils se sont comportés comme des citoyens et doivent être comme ça, protecteurs du peuple et non violateurs des droits du peuple », at-il souligné.
 
Au président de la République d’Angola, João Lourenço, à qui Abel Chivukuvuku attribue la responsabilité d’influencer la décision de la Cour, a déclaré qu’il « devra apprendre » que le peuple est souverain et non lui.
 
La Cour constitutionnelle angolaise a rejeté, au début de ce mois, la légalisation de PRA-JA Servir Angola, «pour ne pas avoir compensé les insuffisances» et présentant des «allégations ambiguës», se référant à sa possible légalisation dans les quatre ans.
 
La plénière de la Cour a déclaré qu’elle avait conclu qu ‘«en plus du non-respect du délai légalement établi», PRA-JA a joint les revendications requises «sans l’amélioration escomptée, souffrant d’une certaine clarté, objectivité et plus de précision».
0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Comentários
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires