Angola: le gouvernement reconnaît les « excès » dans les manifestations et critique « l’ingérence politique »

0
290

Le ministre angolais de la justice et des droits de l’homme a estimé qu’il y avait eu des «excès» de manifestants et de policiers le 11 novembre, indiquant un contexte de «tension et de nervosité» dans lequel «l’ingérence politique a gâché le dialogue».

Francisco Queiroz s’exprimait après une réunion avec la délégation européenne, à Luanda, au cours de laquelle la situation du covid-19 et ses réflexions sur les droits de l’homme ont été discutées.

«L’état de la pandémie a créé des difficultés économiques et sociales, non seulement en Angola, mais aussi dans les pays de l’Union européenne, de nombreux emplois ont été perdus, des entreprises ont été fermées, l’économie a beaucoup reculé et cela a fini par se refléter négativement dans la vie des les gens », a commenté Queiroz.

Concernant les manifestations des 11 novembre et 24 octobre, le responsable gouvernemental a déclaré qu’elles se sont déroulées «dans un contexte de pandémie, dans lequel la population vit plus de difficultés», en raison du chômage, d’un accès moindre aux biens et de prix plus élevés, ce qui génère encore » plus de tension et de nervosité ».

« La population, naturellement et légitimement, a voulu dialoguer avec le gouvernement sur cette situation, un dialogue qui est constitutionnellement reconnu et qui doit être respecté », a souligné le ministre, ajoutant que « ce qui était dommageable dans cette revendication, c’était l’ingérence politique ».

« Cette situation a été utilisée, un usage politique qui a fini par introduire une revendication politique inhabituelle dans la manifestation normale, dans le dialogue normal, qui avait à voir avec les processus électoraux des municipalités », a souligné Francisco Queiroz.

Cette ingérence a fini par transformer «cette relation normale entre les citoyens et les instances dirigeantes en une situation de violence», utilisée «pour dégrader l’image de l’exécutif» et qui a porté atteinte au dialogue sur les conditions de vie, «vraiment très difficiles», continua le responsable.

Mercredi, jour de l’indépendance de l’Angola, des milliers de jeunes sont descendus dans la rue à Luanda pour réclamer de meilleures conditions de vie et des élections locales en 2021, mais la manifestation, qui avait été interdite par le gouvernement provincial, a été fortement réprimée par la police et a abouti au mort d’un jeune homme, dans des circonstances encore à clarifier.

Francisco Queiroz a indiqué que les manifestations «n’ont pas besoin d’être autorisées, car c’est un droit inscrit dans la Constitution angolaise», et il suffit de mettre en garde.

« Ce qu’il faut, c’est que cela se passe dans le cadre de la loi, et il ne doit y avoir aucune perturbation de l’ordre public et de la tranquillité », a-t-il souligné, ajoutant que « ces droits existent et ne seront pas limités ».

« De la part de ceux qui doivent garantir l’ordre public et la tranquillité, il est également recommandé qu’ils agissent selon les règles, avec professionnalisme, pour éviter les chocs et qui se traduisent par des situations de privation de liberté ou autres », a-t-il dit.

Interrogé sur l’éventuel recours excessif à la force par la police lors de la manifestation et la mort de l’étudiant de 26 ans, il a souligné que la situation faisait l’objet d’une enquête pour en déterminer les circonstances, mais a admis qu’il y avait eu des excès.

«Les excès amorcés par certains agents au sein des manifestations, qui ont fait leurs provocations, notamment du côté de la revendication politique et la police a tenté de faire ce qu’ils pouvaient, mais, à terme, ils auront aussi eu une situation un peu au-delà de la normale», a-t-il reconnu .

Pour Francisco Queiroz, «ce qui s’est passé était une situation de tension, à un moment de grande nervosité, de grandes difficultés», et où l’intervention politique a fini par «ruiner toute la situation qui aurait pu se passer de façon normale, sans aucun problème» , dans le cadre d’un «dialogue normal car il a été une prérogative» dans les relations du gouvernement avec la société civile.

Même ainsi, il a admis que ce qui se passe mal, « d’un côté ou de l’autre, est toujours à regretter ».

« Nous regrettons profondément tout ce qui se passe mal, surtout quand la vie d’un citoyen est perdue, c’est une situation que nous ne pouvons manquer de regretter, mais nous ne pouvons pas spéculer », a ajouté le ministre.

Concernant la réunion d’aujourd’hui, au cours de laquelle l’ambassadrice de l’Union européenne (UE) a déclaré qu’elle avait exprimé des préoccupations concernant le respect des libertés à l’époque de Covid-19, Francisco Queiroz a déclaré que les droits de l’homme sont «un voyage qui se déroule et qui a à évaluer de temps en temps », ce qui s’inscrit dans le dialogue que l’Angola entretient avec l’UE.

«C’est cette évaluation que nous avons faite face à la dernière réunion que nous avons eue et qui s’est produite l’année dernière. Depuis, beaucoup de choses se sont passées qui témoignent de l’engagement de l’exécutif », a-t-il souligné, en indiquant à titre d’exemple la stratégie des droits de l’homme et des diplômes liés à la lutte contre la traite des êtres humains, qui ont été évalués positivement par la délégation européenne.

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Comentários
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires