Article d’opinion de l’universitaire Hermenegildo Coelho à Jornal o País «La maladie hollandaise en Angola»

0
513
Le chouchou de notre pays est une réalité qui survient depuis son indépendance en 1975 et ce que tout indique, c’est qu’il le restera pendant de longues années. Selon l’historienne Catherine Vidrovitch (1992) «Les drames africains actuels sont trop fréquents et répétitifs pour être le fruit du hasard», nous pouvons considérer cela comme le reflet des Budgets généraux de l’Etat (OGE) approuvés ces dernières années, même avec le changement de régime et fondamentalement du titulaire du pouvoir exécutif, les priorités en termes de politique économique du pays restent les mêmes.

Le pari sur l’Agriculture comme priorité pour la diversification de l’économie est une politique issue du régime précédent et, comme dans le régime précédent, l’allocation de l’OGE reste insuffisante, représentant des pourcentages ne dépassant pas 2% de l’OGE. L’allocation de l’OGE à l’Agriculture du nouveau régime prévu pour 2020, n’atteint pas 1/3 de celle approuvée pour ce secteur en 2013 et sera encore révisée en raison de la baisse du prix du Pétrole causée par la pandémie «covid19». Selon le Plan de développement à moyen terme du secteur agraire 2018-2022, le territoire national compte 124 millions d’hectares dont environ 50 millions d’hectares de terres sont arables. Cependant, seuls 5,6 millions d’hectares sont exploités, ce qui correspond à seulement 11,2% des terres arables. Selon le rapport de campagne agricole 2018/2019 du ministère de l’Agriculture et des Forêts,

On estime que 91% des exploitations sont à la base de l’agriculture familiale et 9% du secteur des entreprises, ce qui signifie que les recettes fiscales de l’État pour ce secteur sont faibles. Doit-on se demander comment un pays dépendant du pétrole depuis 45 ans, dont les exportations sont à l’origine de 94% à 96% de l’exploitation de l’or noir et qui n’a aucune influence sur le prix du baril de pétrole, ne présente-t-il aucun indicateur de changement de situation? La réponse réside peut-être dans la théorie de Beblawi et Luciani (1987) sur l’État rentier dont la définition est basée sur un «État exotérique» dans lequel les revenus sont obtenus directement de l’étranger, par opposition à «l’État isotérique» basé sur les revenus et les impôts nationaux .

Ainsi, l’État exotérique est aussi un «État d’affectation», par opposition à un «État de production», dont la fonction prédominante est le développement de l’économie domestique et non la réallocation des ressources naturelles. Une fois la logique installée, elle porterait ses fruits au milieu de l’Economie et de la Société, le secteur privé en général intègre un comportement de recherche de rente considéré comme des agents qui s’unissent pour leur propre bénéfice, ont des comportements très opportuns, créant des monopoles pour un bénéfice personnel.

Le pouvoir politique dans les États rentiers est un instrument d’accumulation primitive de capital. Dans les Etats d’emploi, dès que les revenus de l’étranger augmenteront, les dépenses publiques augmenteront à des niveaux successivement plus élevés, afin de rattraper les comptes dans le seul but d’accumuler des capitaux d’une élite restreinte. La promiscuité est une caractéristique des États de la dentelle où il est difficile de séparer le secteur privé de la classe politique, créant ainsi un réseau de relations institutionnelles. Les relations sont généralement peu fréquentées, soumises à un processus impératif de redistribution des revenus à un groupe restreint.

Dans les États rentiers, il y a des groupes de réseaux d’intérêts installés et à travers les conflits de factions, ils définissent, à chaque instant et dans le contexte de relations de pouvoir concrètes où le pouvoir politique a une influence énorme et définit la répartition des revenus. Les crises économiques dans les États rentiers entraînent des crises profondes d’insuffisance des recettes fiscales, couplées à l’augmentation permanente des dépenses publiques, des politiques d’imposition fiscale sont créées, augmentant considérablement les impôts, y compris le secteur importateur lui-même.

Cette théorie illustre d’énormes similitudes avec la politique économique angolaise, où les salaires de la fonction publique représentent 45% des dépenses publiques et la classe affaires est confondue avec la classe politique, où l’État a acquis 25% des participations d’Unitel et le pouvoir exécutif en nomme un. diplomate pour diriger une banque, où il semble y avoir un système de justice sélectif qui montre un conflit entre deux factions. Cependant, avec la baisse des recettes fiscales du secteur pétrolier, une série de taxes a été introduite, comme la TVA, l’UIP et autres. Par conséquent, le Plan de développement national continue d’être élaboré, dont la mise en œuvre des politiques et programmes économiques reste un mirage.

Hermenegildo Coelho

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Comentários
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires